Les boursiers de Rails & histoire


Depuis plus de 25 ans, Rails & histoire soutient les jeunes chercheurs, en particulier par l’attribution de bourses d’études, destinées aux étudiants de Master 1, Master 2 et de doctorat. Un appel annuel à candidature est lancé, jusqu’à présent en septembre. En 2020, nous avons avancé la date au mois de juin, afin, notamment, que les directeurs de recherche puissent proposer à leurs étudiants des sujets en lien avec l’histoire, la géographie ou encore le patrimoine ferroviaire. Faut-il y voir un lien de cause à effet : quoiqu’il en soit, le nombre de candidatures reçues a été quasiment multiplié par 2 cette année puisque 13 étudiants ont déposé un dossier (contre 7 en 2019-2020), ce dont nous nous réjouissons.




Les nouveaux boursiers 2020-2021 de Rails & histoire sont au nombre de 11 cette année, sur des thématiques variées et des sujets qui, pour certains, s’intègrent parfaitement dans les axes de recherche déterminés par l’association pour la période 2018-2021 .


Le prochain appel à candidature sera communiqué à partir du mois de juin 2021.


Iñigo Aguas Ardaiz, doctorat sciences de l’ingénieur sous la direction de Pierre Zembri, université Gustave Eiffel : « Les barrières à l’entrée au sein des marchés du transport ferroviaire en France et en Europe : analyse rétrospective et leçons pour les processus d’ouverture à venir »


Philippe Bairras, Master 2 transport mobilité sous la direction de Pierre Zembri et Matthieu Schorung, université Gustave Eiffel : « Le district de Guarda, une zone « enclavée » ? Approche géohistorique et multiscalaire du réseau de transport ferroviaire portugais »


Théo Dupouy, Master 1 histoire sous la direction de Christophe Bouneau, université Bordeaux Montaigne : « La trajectoire ferroviaire des Landes depuis 1945 »


Adrien Duval, Master 2 histoire sous la direction de Jean-Pierre Williot, Sorbonne Université : « Modernisation des transports et construction européenne : une marque ferroviaire dans l'Europe du XXe siècle (1953-1987) : TEE »


Arthur Émile, Master 2 histoire sous la direction de Quentin Deluermoz, université de Paris : « Les nuisances environnementales liées à la combustion du charbon par les locomotives à vapeur en France (1837-1937) »


Yassine Khelladi, doctorat urbanisme et transport sous la direction de Nacima Baron et Pierre Zembri, université Gustave Eiffel : « La mesure de la pertinence territoriale et de la performance sociale du Mass Transit : le cas du RER C »


Lison Négrel, Master 2 architecture sous la direction de Karen Bowie et Emmanuelle Gallo, ENSA Paris – La Villette : « Une étude historique au service d’une évaluation patrimoniale : le dépôt de la Plaine à Saint-Denis (1874-2015) »


Arthur Pain, Master 2 histoire sous la direction de Giacomo Parrinello, Sciences Po Paris : « La construction de l’Uganda Railway dans l’actuel Kenya entre 1895 et 1901 »


Marine Pineaud, Master 1 histoire de l’art sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, Sorbonne université : « Le pôle d’échanges de la gare de Perrache, par l’architecte René Gagès, 1972-1976 »


Anthony Soares, Master 2 histoire sous la direction de Jean-Paul Barrière, université de Franche-Comté : « Les accidents ferroviaires et leurs perceptions en Franche-Comté (1866-1918) »


Alexandrina Striffling, doctorat architecture sous la direction de Virginie Picon-Lefebvre et Arnaud Passalacqua, ENSA Paris Belleville : « Le patrimoine des gares face aux nouveaux modes de mobilités : Analyse prospective des mutations du maillage territorial en Europe méridionale »


Enfin, la convention de doctorat d’Anthony Gouthez qui étudie « Le projet Trans Europ Express dans la construction européenne » fait l’objet d’un avenant pour une deuxième année ; celles de Yun Zhai sur « La Compagnie Française des Tramways, de l’Eclairage Electrique et des Eaux de Shanghai : ed la construction à l’exploitation, performances, stratégies, structures (1906-1937) » et de Pauline Detavernier : « Le marcheur et la gare. Recherche historico-prospective sur les cheminements piétons en gare et leur gestion spatiale » pour une troisième et dernière année.


Ces deux étudiantes devraient soutenir leurs travaux au cours de cette année 2021.


56 vues0 commentaire