top of page

lun. 29 avr.

|

Centre de vacances "Le Vent du Large"

INSCRIPTION EN PRÉSENTIEL : Au bout du rail.... la plage ? L'aventure des antennes ferroviaires atlantiques [...]

Rails & histoire vous invite à assister à ce colloque, les 29 et 30 avril 2024.

INSCRIPTION EN PRÉSENTIEL : Au bout du rail.... la plage ? L'aventure des antennes ferroviaires atlantiques [...]
INSCRIPTION EN PRÉSENTIEL : Au bout du rail.... la plage ? L'aventure des antennes ferroviaires atlantiques [...]

Heure et lieu de l'événement :

29 avr. 2024, 14:00 – 30 avr. 2024, 17:00

Centre de vacances "Le Vent du Large", 1618 Avenue Notre Dame, 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie, France

À propos de l'événement :

Merci de bien vouloir lire toutes les informations pratiques ci-dessous avant de valider votre inscription :

"Au bout du rail.... la plage ? L'aventure des antennes ferroviaires atlantiques, XIX-XXIe siècles "

Un colloque de trois demi-journées organisé par Rails & histoire et l'Association Sud Loire Océan (ASLO).

Date et heure :

Lundi 29 et mardi 30 avril 2024.

Lundi 29 avril : 14h00-19h30 - Mardi 30 avril : 9h30-17h00

Lieu : 

Centre de vacances "Le Vent du Large" à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, 85800, Vendée, France (à 1,6 kilomètres de la gare).

Navette gratuite à votre disposition :

  • Arrivée : une navette gratuite sera disponible en sortie de la gare de Saint-Gilles-Croix-de-Vie pour vous emmener au Vent du Large, le lundi 29 avril après l'arrivée du TER n°859113 à 12h27 (en provenance de Nantes).
  • Départ : une navette gratuite sera disponible au Vent du Large pour vous emmener à la gare de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le mardi 30 avril à la fin du colloque afin de pouvoir prendre le TER n°859126 (ayant comme destination Nantes).

Hôtels (à vos frais) :

Si vous souhaitez séjourner sur place la nuit du lundi 29 avril au mardi 30 avril, il vous est possible de séjourner dans un des quatre hôtels présents à Saint-Gilles-Croix-de-Vie : Le Vent du Large, Ibis Styles, Le Ceïtya et La Sterne.

Important :

  • Nous souhaitons bien mettre l'accent sur le fait que cette inscription s'adresse uniquement aux personnes souhaitant assister au colloque en présentiel. Les places étant limitées, si vous souhaitez y assister à distance en visioconférence l'inscription n'est pas nécessaire. 
  • Le lien de la visioconférence Zoom sera publié, quelques jours avant le début du colloque, sur le site Internet et les réseaux sociaux de Rails & histoire (visioconférence sous réserve d'une connexion internet stable le jour de l'événement). 

Résumé du colloque :

À partir des trois radiales majeures desservant la façade atlantique du pays (Paris – Rennes – Brest, Paris – Nantes – Quimper, Paris – Bordeaux – Hendaye), le réseau ferroviaire a été complété par une vingtaine d’antennes qui ont permis d’atteindre différents sites littoraux par des lignes d’intérêt général à voie normale.Cette vingtaine de lignes s’échelonne de Saint Malo à Arcachon, dix desservant la péninsule bretonne, huit le littoral entre les estuaires de la Loire et de la Gironde, deux le littoral landais au sud de la Gironde. Ces lignes ont été mises en service entre 1857 et 1889 (exceptée celle de Paimpol en 1894 à voie métrique). Aujourd’hui douze d’entre elles sont en exploitation. Les huit autres ont été fermées entre 1970 et 2020.

Grâce à leur nouvelle desserte ferroviaire, nombre de localités littorales ont développé dès la fin du XIXe siècle une activité balnéaire qui a engendré un trafic touristique conséquent, variable selon les antennes, mais qui est allé dans l’ensemble croissant au fil des décennies du siècle dernier. L’accessibilité à ces stations depuis l’agglomération parisienne a représenté un enjeu important qui a conduit à la création de liaisons directes entre elles et Paris. Une quinzaine de ces antennes a bénéficié, au moins saisonnièrement, de ce type de liaison. Leur déclin s’amorce à partir de la mise en service du TGV Atlantique (1989-1991) qui a représenté une rupture majeure pour la desserte de la façade atlantique.

Le maintien d’une liaison directe et l’acquisition du bénéfice d’image procuré par une accessibilité TGV a représenté un enjeu important pour nombre de secteurs touristiques du littoral atlantique. Obtenir l’électrification de ces antennes a été un sujet sensible entre 1985 et 2010 et a occasionné nombre de contentieux, parfois très virulents, entre les acteurs concernés (collectivités locales, SNCF, État). Ces difficultés ont conduit momentanément à remettre en cause le postulat de l’électrification nécessaire pour bénéficier d’une desserte TGV avec l’expérimentation controversée d’une traction thermique des rames TGV pour l’antenne des Sables-d’Olonne de 2000 à 2004.

Aujourd’hui sept antennes sont électrifiées et six des treize qui avaient une desserte directe avec Paris en 1989 en ont une directe par TGV (Saint Malo, Lannion, Le Croisic, Les Sables, La Rochelle, Arcachon). Pour les sept autres, l’accessibilité touristique nécessite une rupture de charge à la gare de correspondance de la radiale à laquelle elles sont raccordées.

Les enjeux fret d’accessibilité ferroviaire, notamment aux ports de commerce, ont également joué un rôle dans le devenir de certaines de ces antennes.

Au total pour les vingt antennes atlantiques qui ont été construites, la diversité des trajectoires historiques est remarquable :

- huit ont perdu toute exploitation ferroviaire,

- une ne dispose plus que d’une exploitation saisonnière voyageurs (Quiberon),

- cinq ont une exploitation TER pérenne,

- six ont une desserte voyageurs diversifiée (TGV & TER).

Le programme détaillé du colloque est disponible dans le mail d'invitation à celui-ci.

Fermeture des inscriptions : 24 avr. 2024, 23:59

Partager cet événement

bottom of page