"Il était une voie" épisode #4 Arles, des ateliers PLM à la fondation Luma



Photographie Coll. Museon Arlaten, musée départemental d'ethnographie, cliché S Normand.


Le quatrième épisode de la série de podcasts de Rails & histoire "Il était une voie" est en ligne pour le lancement des Journées du Patrimoine 2020, des JEP placées sous le signe du digital cette année.

Ce mois-ci, rendez-vous dans les Bouches-du-Rhône pour redécouvrir des ateliers ferroviaires dont les premières pierres furent posées en 1845, sur l'ancienne nécropole les Alyscamps, à Arles.

A l’évocation d’Arles, nous plongeons immédiatement dans l’Antiquité, et les vestiges qui jalonnent la cité sont là pour nous rappeler ce glorieux passé. Arles, c’est aussi une ville qui a inspiré de nombreux artistes : Van Gogh, Gauguin, Frédéric Mistral, Picasso ou encore Lucien Clergue. Mais il ne faut surtout pas oublier la richesse de son patrimoine industriel : les ateliers sont un bel exemple de cette architecture du XIXe. Ils sont la marque d’une industrie qui a façonné la ville, comme les Romains plusieurs siècles plus tôt.


Les ateliers ferroviaires d’Arles occupent une place importante dans l’histoire du chemin de fer français. Ils remontent à la préhistoire du rail en France et portent en eux ce que furent les chemins de fer pendant plus d’un siècle.



"Arlésiennes en ruban dans un atelier d'obus". Coll. Museon Arlaten, musée départemental d'ethnographie.


Aujourd’hui, l'ancien site ferroviaire de sept hectares est en plein bouleversement : on y croise plus facilement des engins de chantiers et des ouvriers que des cheminots et leurs machines. Luma Arles supervise cette transformation du Parc des Ateliers.

La Fondation Luma, créée en 2004 par Maja Hoffmann, s’intéresse aux relations directes entre l’art, la culture, les droits humains, les questions liées à l’environnement, l’éducation et la recherche. Le centre culturel Luma Arles, lancé en 2013, offre aux artistes la possibilité d’expérimenter la réalisation et la présentation de nouvelles œuvres en étroite collaboration avec d’autres artistes, des curateurs et curatrices et le public.

En attendant pour ceux qui ne pourront pas se rendre sur place, il y a le nouveau podcast de Rails & histoire Il était une voie.

L’histoire continue à s’écrire…





Photographie Sylvère Aït Amour, Rails & histoire



Un épisode co-écrit par Sylvère Aït Amour (Rails & histoire) et Laura Eisenstein (Ground control), produit par l’association Rails & histoire et Ground Control, réalisé par François Touchard, avec le soutien de la SNCF.

Pour cet épisode, nous remercions tout particulièrement le Pôle Guerres mondiales des Archives nationales (Patricia Gillet et Lucile Chartain) et le Musée Arlaten (notamment Françoise David) pour leur précieuse collaboration dans la réalisation de cet épisode.

114 vues

© 2018 Créé par Rails & histoire