Compte rendu de la journée de préfiguration de l’axe de recherches "Pour une histoire de la cabine"

Mis à jour : 10 mai 2019

Dans le cadre du programme scientifique 2018-2023 de Rails & histoire, Georges Ribeill, en association avec Philippe Hérissé, a proposé de constituer un réseau pluridisciplinaire et multimodal (trains, tramways, métros) pour étudier l’histoire de la cabine de conduite du XIXe au XXIe siècles.



La journée de préfiguration de cet axe de recherches a eu lieu le 19 mars 2019. Il s’est agi d’établir de façon précise les thématiques à étudier, les ressources disponibles ou à réunir, les compétences de chacun. L’un des objectifs de cette journée, exposé d’emblée par Georges Ribeill, a été de faire des présents des partenaires actifs, pour de trouver des documents, les recenser afin d’en proposer un inventaire détaillé, de créer une cartothèque et une photothèque, et élargir la communauté des participants.

La matinée a été consacrée à la présentation de chacune des personnes présentes (agents de conduite et cadres traction en activité ou retraités, chercheurs, cadres RATP, représentants du musée du cheminot d’Ambérieu-en-Bugey), leur intérêt pour le sujet, les ressources dont elles disposent. Agnès D’Angio-Barros, directrice du SARDO SNCF avait communiqué un inventaire des sources disponibles sur le sujet. De leur côté, les archives de la RATP ont fait savoir qu’un inventaire en ligne de leurs ressources sera prochainement accessible. Pierre Jacquiot a présenté le musée du cheminot d’Ambérieu-en-Bugey, les matériels et les objets proposés au public ainsi que les archives conservées. La demi-journée s’est achevée par une visite de la bibliothèque de Rails & histoire qui contient ouvrages et documents relatifs à la cabine de conduite, dont il faudra faire l’inventaire.


Ecouter la journée de préfiguration



Des exposés thématiques ont ponctué l’après-midi. Damien Houilliez, agent de conduite représentant la FGAAC, a présenté le projet mené avec des cheminots de plusieurs pays européens afin de proposer des recommandations qui pourraient être appliquées à l’échelle du continent, notamment en matière d’ergonomie. Georges Ribeill a retracé deux siècles d’enjeux problématiques du système homme-machine embarqué, depuis l’époque des locomotives à vapeur jusqu’au TGV. Philippe Hérissé a partagé son expérience en matière de réalisation de films sur la conduite de trains, sur des lignes françaises et européennes. Sa formation d’ingénieur l’amène à s’intéresser plus spécifiquement aux systèmes de sécurité présents à bord des cabines de conduite et à en étudier les évolutions techniques. Enfin, Sylvain Assez, agent de conduite depuis près de trente ans, a pris de très nombreuses photographies, dont certaines ont été publiées dans son ouvrage Conducteur de trains à la SNCF, mon métier, ma vie (2017). Il insiste notamment sur les problèmes actuels de confort sonore, d’entretien et prend notamment l’exemple des essuie-glaces.




À l’issue de ces exposés, Georges Ribeill propose différentes thématiques qui pourront scander les travaux du réseau :

  • L’étude du système homme-machine : les appareils de mesure, de sécurité, de communication, les boutons et manettes avec une réflexion à mener sur l’ergonomie.

  • Le confort physiologique de l’agent de conduite, sa sécurité, les systèmes de protection.

  • La sécurité du train, de l’opérateur, du système.

  • Les systèmes d’enregistrement des données dépouillées à l’arrivée.

  • Les traditions historiques des réseaux (anciennes compagnies, réseaux européens) avec une analyse des héritages, des convergences, des divergences.


Une deuxième journée est prévue au mois de juin qui présentera la documentation collectée et proposera une série d’exposés.


À l’issue des travaux du groupe de recherches, un colloque pourrait avoir lieu qui aboutirait ensuite sur un ouvrage.


Ecouter la journée de préfiguration

200 vues

© 2018 Créé par Rails & histoire