Rails et Histoire

"Une entreprise publique pendant la guerre : la SNCF, 1939-1945", Paris, Assemblée Nationale, juin 2000. 8e colloque de l’AHICF

Si le rôle militaire et économique des transports par fer en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale a été privilégié par l’histoire comme par la mémoire de cette période, l’histoire de la SNCF, entreprise publique créée en 1938 qui a été immédiatement confrontée à la guerre, à l’occupation, aux combats de la Libération reste un champ ouvert à la recherche. Après l’ouvrage de Paul Durand, La SNCF dans la guerre, sa résistance à l’occupant, paru en 1968 et le rapport documentaire La SNCF sous l’Occupation, 1939-1945, résultat d’une commande de recherche faite par la SNCF à l’Institut d’histoire du temps présent (C.N.R.S.) remis en 1996 à l’entreprise par Christian Bachelier, et dans le cadre tracé par l’historiographie récente des entreprises françaises pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’Association pour l’histoire des chemins de fer en France consacre à "Une entreprise publique dans la guerre : la SNCF 1939-1945" un colloque qui a pour missions d’exposer les acquis et la problématique de la recherche historique, de poursuivre le débat scientifique sur ce sujet et de susciter de nouveaux travaux. Considérant la SNCF comme un cas dont l’étude justifie les contributions conjointes de l’histoire des entreprises et des administrations, de l’histoire sociale et de celle de la Seconde Guerre mondiale, il encourage les comparaisons avec les autres entreprises et administrations françaises et avec les réseaux de chemins de fer étrangers.

Dans un effort de guerre puis de Libération nationale, dans une économie de pénurie qui espère pour prépare la reconstruction, dans un territoire divisé et occupé, des transports rares sont stratégiques à divers titres et leur importance grandit sans cesse. Les relations de l’entreprise avec l’État français qui la contrôle, d’une part, avec l’occupant à la disposition duquel la place la convention d’armistice, d’autre part, s’imposent comme les axes privilégiés de la recherche historique lorsqu’il s’agit s’évaluer la place et le rôle de la SNCF et de son réseau dans l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale sous ses aspects économiques, politiques et militaires. L’étude de la société que constituent les 450 000 cheminots des années quarante, quels que soient leur "fonction" (Matériel et Traction, Exploitation, Voie et Bâtiments), leur "métier" (ajusteur ou mécanicien, vendeur ou cantonnier) et leur "grade", s’inscrit également dans les problématiques qui animent aujourd’hui l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale en France. Il convient d’évaluer l’éventuelle singularité des cheminots parmi les agents des grandes entreprises et administration, qu’il s’agisse de l’application par la SNCF de la législation anti-communiste et de celle de Vichy (anti-maçonnique, statuts des Juifs), des divers modes et degrés d’adhésion à la révolution nationale, d’accommodation à l’occupation ou de collaboration avec l’occupant, enfin des définitions et des modalités multiples de la Résistance ou des aspects également divers de la vie quotidienne et du mouvement social et syndical d’une corporation que sa fonction économique essentielle porte au premier plan.

Enfin, vecteur d’une mémoire immédiatement fixée, la SNCF joue un rôle tout aussi essentiel dans l’histoire des sources et de leur constitution, dans la construction et la déconstruction de mémoires collectives successives et contradictoires de la période et dans la production des symboles qui les incarnent.

(Texte de présentation du colloque, juin 2000)

Le colloque était placé sous le haut patronage de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l’Équipement, des Transports et du Logement et de M. Jean-Pierre Masseret, secrétaire d’État à la Défense, chargé des Anciens combattants.

Comité scientifique

  • † René Rémond, de l’Académie française, professeur (émérite) à l’université de Paris X-Nanterre, président du colloque
  • Philippe Bélaval, directeur général des Archives de France
  • François Caron, professeur (émérite) à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), secrétaire général de l’AHICF
  • Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS, directeur de l’Institut d’histoire du temps présent

Comité de programme

  • Patrice Leroy, administrateur de l’AHICF
  • André Blanc, délégué général de l’AHICF
  • Marc-Olivier Baruch, chargé de recherche au CNRS
  • Philippe Burrin, professeur à l’Institut des hautes études internationales, Genève
  • Eric Bussière, professeur à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV)
  • Christian Chevandier, maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Laurent Douzou, professeur à l’université Louis-Lumière - Lyon II
  • Patrick Fridenson, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Michel Margairaz, professeur à l’université Paris VIII
  • Isabelle Neuschwander, chargée de la section des archives du XXe siècle des Archives Nationales
  • Georges Ribeill, directeur de recherche au Laboratoire techniques, territoires, société (E.N.P.C. / C.N.R.S. / universités)
  • Pierre Vincent, Institut d’histoire sociale C.G.T.
  • Serge Wolikow, professeur à l’université de Bourgogne, vice-président de l’université
  • Secrétaire générale du colloque : Marie-Noëlle Polino (AHICF)

Intervenants

Accéder aux résumés disponibles des interventions en cliquant sur le nom de l’intervenant.

  • BÉLAVAL Philippe, Directeur des Archives de France, membre du Comité scientifique du colloque
  • BURRIN Philippe, Professeur à l’Institut de hautes études internationales, Genève, membre du Comité de programme du colloque
  • CHEVANDIER Christian, Maître de conférences à l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, membre du Comité de programme du colloque
  • DOUZOU Laurent, Professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon – université Louis-Lumière – Lyon II, membre du Comité de programme du colloque
  • FORTHOFFER Joël, Cadre commercial SNCF, docteur en géographie des transports
  • FROMENTIN Natacha, Étudiante en D.E.A.
  • GALLOIS Louis, Président de la SNCF, président de l’AHICF
  • GAYSSOT Jean-Claude, Ministre de l’Équipement, des Transports et du Logement
  • GILLET Patricia, Section du XXe siècle du Centre historique des Archives nationales
  • GOTTWALDT Alfred, Directeur du département Chemins de fer du Deutsches Technikmuseum Berlin
  • GYRARD Marilyne, Bibliothécaire, Comité central d’entreprise de la SNCF, Service central du livre et des bibliothèques
  • KLARSFELD Serge, Président de l’Association Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France
  • MACHEFERT-TASSIN Yves, Ingénieur honoraire
  • MARGAIRAZ Michel, Professeur à l’université Paris VIII, membre du Comité de programme du colloque
  • MASSERET Jean-Pierre, Secrétaire d’État à la Défense, chargé des Anciens Combattants
  • NEUSCHWANDER Isabelle, Responsable de la Section du XXe siècle du Centre historique des Archives nationales, membre du Comité de programme du colloque
  • NOULET Christèle, Section du XXe siècle du Centre historique des Archives nationales
  • OUTTERYCK Pierre, Professeur agrégé d’histoire, docteur d’État, président de l’Association Repères et Mémoires du Monde du Travail
  • PETIT Laurence, Chargée de mission au Centre d’archives historiques de la SNCF
  • PEYTAVIN Madeleine, Institut d’histoire sociale C.G.T. Cheminots
  • PROVOST Sylvie, Professeur de physique, doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales
  • RAT Jean-Michel, SNCF, Direction générale
  • REMOND René, Membre de l’Académie française, président de la Fondation nationale des sciences politiques, président du colloque
  • RIBEILL Georges, Directeur de recherche au Laboratoire Technique Territoires et Sociétés (E.N.P.C.), membre du Comité scientifique de l’AHICF, membre du Comité de programme du colloque
  • ROUSSO Henry, Directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de l’Institut d’histoire du temps présent, membre du Comité scientifique du colloque
  • Van HEESVELDE Paul, Historien, détaché au cabinet du ministre de la Mobilité de la Région flamande, membre de la Sous-Commission du patrimoine historique des chemins de fer et du groupe de travail “Histoire ferroviaire” de la S.N.C.B., Bruxelles
  • WOLIKOW Serge, Professeur à l’université de Bourgogne, vice-président de l’université, membre du Comité de programme du colloque
  • Imprimer
  • Partager sur Facebook
  • Google +
  • Partager sur Twitter

  • Le rail à toute(s) vitesse(s). Deux siècles de vitesse sur (...)
  • Regards sur le XXe siècle
  • Parler de soi, écrire sa vie au travail : la pratique (...)
  • Pour une histoire européenne des chemins de fer, de (...)
  • Les cheminots dans la Résistance
  • De la série à l'individu, archives du personnel et archives (...)
  • Une entreprise publique dans la guerre : la SNCF (...)
  • Les archives du personnel des grandes entreprises, de (...)
  • Écritures du chemin de fer
  • Les cheminots dans la guerre et l'Occupation, témoignages et (...)
  • Mémoires d'ingénieurs, destins ferroviaires. Autobiographies (...)
  • Ateliers et dépôts du Matériel ferroviaire, deux siècles (...)
  • Le siècle des chemins de fer secondaires en France, (...)
  • Pour un programme de collecte d'archives orales : le (...)
  • Le paysage ferroviaire : mémoire et patrimoine
  • Les cheminots dans la Résistance. Une histoire en évolution
  • Les chemins de fer : de l'histoire diplomatique à l'histoire (...)
  • Images de cheminots. Entre représentations et identités
  • La gare et la ville. Usages et représentations
  • Le livre des 20 ans de l'AHICF
  • Faire l'inventaire du patrimoine des chemins de fer. (...)
  • Approvisionnement ferroviaire et pratiques alimentaires des (...)

Calendrier

« octobre 2017 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5