Rails et Histoire

Publication. "De l’or et des sardines. Le roman vrai du plus grand casse de tous les temps" par Hervé Brunaux

Un roman historique raconte le plus gros casse ferroviaire de tous les temps, celui qu'a perpétré la Résistance le 26 juillet 1944 en gare de Neuvic-sur-l'Isle.

Publication. "De l'or et des sardines. Le roman vrai du plus grand casse de tous les temps" par Hervé Brunaux

Le 26 juillet 1944, en début de soirée, la Résistance attaque le Périgueux-Bordeaux en gare de Neuvic-sur-l’Isle (Dordogne). À ce train de voyageurs est attelé un fourgon affrété par la Banque de France contenant six tonnes de billets de banque destinées à la Kriegsmarine… Montant du butin : 2 280 000 000 francs de l’époque, soit 370 millions d’euros actuels.

De ce que d’aucuns considèrent comme le plus gros casse ferroviaire de tous les temps, Hervé Brunaux a fait un roman. Avec le souci, néanmoins, de ne pas trahir la vérité en s’appuyant, entre autres, sur les travaux historiques de Guy Penaud, Les Milliards du train de Neuvic (Editions Fanlac, 2001) et de Jean-Jacques Gillot et Jacques Lagrange, Le Partage des milliards de la Résistance (Pilote 24 Edition, 2004).

Pour une plongée immédiate dans le passé, voir l’article de Laurent Baudoin, « 26 juillet 44 : le hold-up des FFI », publié par La Vie du Rail (n° 2455 du 20 juillet 1994) et gracieusement reproduit sur le site de l’Association nationale des anciens combattants de la Banque de France*.

*Suivre : La 2e Guerre Mondiale/Liste des récits/E : La Banque pendant la guerre 39-45/Hold-up des FFI.

Hervé Brunaux, De l’or et des sardines, Editions du Rouergue, 2013, 380 p.

  • Imprimer
  • Partager sur Facebook
  • Google +
  • Partager sur Twitter