Rails et Histoire

Programme de recherche de Rails et histoire, 2013-2018

Le programme de recherche 2013-2018 (à la suite du programme lancé lors des 20 ans de l’association, 2007-2013) a été élaboré par le Comité scientifique de Rails et histoire et oriente le choix des activités scientifiques de l’association.

Préambule

Le programme de recherche et d’action élaboré à l’occasion du vingtième anniversaire de Rails et histoire, en 2007, et lancé lors du colloque anniversaire à la fin de la même année, a couvert les années 2008-2012. L’évaluation de ses résultats montre l’intérêt de telles réflexions préalables et d’un cadre qui permet de mesurer l’avancée des travaux dans les champs de recherches principaux, structurés en thèmes et ceux-ci en sujets donnés à des recherches, réunions, manifestations, publications. Sans s’arrêter à nouveau à l’étape, qui fut importante en 2007, du bilan, mais en tirant les enseignements des cinq années suivantes, le comité scientifique de Rails et histoire propose d’orienter les activités de l’association entre 2013 et 2018 en privilégiant de nouveaux thèmes, reflets des nouveaux dynamismes de la recherche mais aussi de la société et de la commande de recherche qui exprime les attentes de la seconde par rapport à la première.

Si l’on prend pour exemple l’histoire des transports urbains, la prédominance du thème de la ville dans les sciences humaines et sociales, l’urgence qui caractérise les interrogations sur son aménagement en réponse à sa croissance perçue comme une menace ont amené de nouvelles façons de la prendre en considération. En intégrant les apports des monographies d’entreprises, de modes et de réseaux qui ont construit l’historiographie précédente, ce sont davantage des choix d’aménagement, des mécanismes de décision, des effets de la morphologie des réseaux et des dessertes sur la localisation des activités dont il s’agit de faire l’histoire, tout autant que la mesure et l’appréciation de la mobilité des hommes, des marchandises et des idées. Le choix du sujet du « renouveau » du tramway en France est un exemple de ces sujets d’études pluridisciplinaires et transversaux qui structurent le programme 2013-2018. Le concours de l’histoire, de l’aménagement, de la science politique, de l’économie, de l’urbanisme et de la prospective met en œuvre une pluridisciplinarité respectueuse des cadres conceptuels, corpus de références et modes d’approche de chacun. De tels travaux dont le caractère collectif est construit par le dialogue interdisciplinaire deviennent la norme ; de la même façon ils ne peuvent se passer de la comparaison internationale, dans l’espace européen reconstitué depuis un quart de siècle d’abord, avec les autres continents et les pays émergents ensuite. Ces deux dimensions caractérisent tous les sujets choisis.

Ces sujets, réunis sous cinq grands chapitres ou champs – L’innovation au service du voyage, Rail, villes et mobilités des hommes et des marchandises, Espaces et réseaux, Chemins de fer, cheminots, crises et conflits contemporains, Dynamiques humaines – répondent aux questions de société à notre manière : celle d’une société savante qui s’adresse tant à ses membres férus de connaissances précises et de préservation d’un patrimoine vivant qu’aux professionnels du secteur des transports publics en activité à la recherche d’appuis et de références et dont les pratiques et les produits appliquent les normes de la recherche professionnelle, en particulier en matière de partage des connaissances, d’élaboration de ressources numériques et d’évaluation des travaux. Ce programme doit permettre tout au long des cinq années concernées d’élaborer, dans une démarche réflexive, les modes de fonctionnements en accord avec ces diverses exigences et installer Rails et histoire comme un partenaire reconnu par ces différents publics et cultures professionnelles, afin de participer non seulement à la construction de la connaissance mais à son partage.

De ce point de vue, la demande de recherche et la commande institutionnelle – par des entreprises, des collectivités, la puissance publique à travers l’appel à projets de recherche – n’ont jamais été plus importantes en volume comme en précision. Les chercheurs doivent répondre alors à une triple injonction. De façon classique, il faut d’abord assurer l’autonomie des réflexions et des questionnements et la conformité de la recherche avec une norme propre à la communauté scientifique en accord avec une commande motivée par l’utilité, la fonction qu’elle assigne à ses futurs résultats : une démarche rétrospective (qui recherche l’origine d’objets actuels), la recherche de précédents, la justification de l’existant, la construction d’axes de continuité, la démonstration du caractère aléatoire de l’existant qui justifie le changement), etc. Plus récemment, les produits scientifiques doivent répondre à des pratiques d’appréciation propres aux commanditaires tenus eux-mêmes par des obligations de restitution à des publics particuliers (actionnaires, salariés, citoyens, habitants). On peut citer le concours des arts plastiques et de l’image, la présence de l’individu et de l’histoire individuelle et familiale, les ressources offertes par les technologies numériques qui remplacent le rapport de recherche. Enfin, la mise à disposition des connaissances est non seulement une obligation sur laquelle tous s’accordent, mais elle a changé de moyens et de modes. Il s’agit désormais d’un partage actif qui doit prévoir tant la réutilisation des données à long terme – Rails et histoire développe ainsi des fonds d’archives orales et les outils de leur diffusion – que la médiation des objets et résultats du travail du chercheur, prévue, grâce aux outils de l’Internet, pendant le déroulement même des travaux. On remarquera, enfin, l’entrée d’un nouveau champ : celui de l’histoire, du point de vue des chemins de fer et des cheminots, des conflits contemporains. La conjonction, en 2014, du centenaire de la déclaration de la Première Guerre mondiale et du 70e anniversaire du début, en France, de la libération du territoire explique cette inscription dans les programmes de Rails et histoire mais non cet intérêt, qui date de 1992-1995. Ici encore, établissement de ressources, partage des données, médiation des résultats, pluridisciplinarité et comparaisons internationales caractérisent les travaux prévus.

État d’avancement au 1er juin 2015

1. L’innovation au service du voyage

Confort, espaces et service

• L’histoire du matériel ferroviaire ou l’histoire du confort offert aux voyageurs du XIXe siècle à nos jours (colloque prévu en 2017)

• Restauration mobile ("Histoire de la restauration ferroviaire dans le monde", colloque de l’université de Tours, décembre 2014, colloque prévu à Neuchâtel en 2017)

Non traité à ce jour :

Le chemin de fer et ses clients : Marketing et culture du voyage

(voir aussi : tourisme)

• La création publicitaire – visions touristiques ferroviaires et photographie

• L’heure dans les gares (projet de journée scientifique)

2. Rail, villes et mobilités des hommes et des marchandises

Non traité à ce jour :

Approches ferroviaires de la région parisienne

• Patrimoine du Grand Paris : le patrimoine industriel ferroviaire en Île-de-France

• Les ceintures ferroviaires de Paris

En cours :

2012-2017 : les chemins de fer ont une histoire

"2012-2017 : les chemins de fer ont une histoire" est un programme d’événements scientifiques et culturels distingués par un « label ». Il a été donné au colloque de Paris (2012), à la Journée d’étude du Mans "L’aventure du rail dans l’Ouest de la France, réseaux, hommes et métiers" et à celle de Bordeaux (2013) "De Paris à Bordeaux en train, 1938-2013. Des concessions au PPP : de l’histoire aux enjeux actuels", au colloque de Bergerac (2015), etc.

A fait l’objet d’un séminaire de 10 séances et est poursuivi :

Transports urbains

Réinventer le tramway ? Quarante années de TCSP, tramways et transports guidés en France : controverses et réalisations (séminaire 2013-2015 de 10 séances, livre et colloque en 2016)

3. Espaces et réseaux

Création, contraction, connexion des réseaux ferroviaires en Europe

Développé en :

Programme « Vingt années sous la Manche, et au-delà, 2014-2016 », 5 colloques et un livre.

Tourisme, chemins de fer et territoire

La régulation des réseaux ferroviaires

• Histoire technique des postes, histoire et mémoire des métiers, patrimoine des postes d’aiguillage et de régulation

• Groupe de discussion Histoire des infrastructures ferroviaires

4. Chemins de fer, cheminots, crises et conflits contemporains

Les chemins de fer et les cheminots dans la Première Guerre mondiale

Programme de recherche, manifestations et événements en 2014

Les chemins de fer et les cheminots dans la Deuxième Guerre mondiale

Appel à témoignages aux cheminots ayant vécu la Deuxième Guerre mondiale

Exposition « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 »

• Livre-mémorial des cheminots décédés par mesure de répression, 1940-1945

5. Dynamiques humaines

Identités professionnelles, carrières et parcours individuels

• Généalogie et prosopographie // Conflits du 20e siècle

• Histoires orales, récits, mémoires // Conflits du 20e siècle

Non traité à ce jour dans le cadre de l’association :

• Les retraités des chemins de fer : groupe, société, cultures

Comparaisons européennes

• Le logement des cheminots dans la ville et la campagne

• Société professionnelle, groupe social et culture d’entreprise : les « Statuts » des cheminots en Europe

  • Imprimer
  • Partager sur Facebook
  • Google +
  • Partager sur Twitter

Calendrier

« octobre 2017 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5