Rails et Histoire

Paris : rendez-vous cosmopolite. Du voyage élitaire à l’industrie touristique, 1855-1937 - Joanne Vajda

Thèse d'histoire et civilisations, EHESS, sous la direction de Christophe Prochasson (directeur d'études), soutenue le 9 mai 2005 (mention : Très honorable avec félicitations) - Membres du Jury : Nancy Green (directrice d'études, EHESS), Dominique Kalifa (professeur, Université Paris I) Pascal Ory (professeur, Université Paris XII), Michel Vernes (professeur, École d'architecture de Paris La Villette).

Thèse déposée et consultable à l’AHICF (804 p. - 208 pl. + 19 annexes).

Résumé par Joanne Vajda, décembre 2005

Comment l’élite voyageuse qui traverse la capitale française ou s’y établit contribue-t-elle à la transformation de la ville et à la construction du mythe de Paris ? Telle est la principale question à laquelle répond cette recherche, qui représente l’occasion de porter un regard nouveau sur Paris, mais aussi d’examiner un phénomène naissant : l’arrivée des touristes étrangers mondains. L’analyse de leur pratique de la ville aide à comprendre comment se développe, grâce à eux, un processus d’acculturation qui contribue à façonner Paris, ses mœurs, ses modes de sociabilité, son paysage urbain et son architecture et comment se forge une nouvelle perception de l’espace et de la société parisienne, entre 1855 et 1937.
La recherche se développe selon trois axes. Le premier analyse les conséquences directes de l’arrivée des étrangers aisés. Ces conséquences, indissociablement liées, sont :
- la redéfinition de la notion d’étranger et l’évolution de la législation,
- le développement des entreprises touristiques, sociétés hôtelières, mais aussi agences de voyage et de location,
- la création des grands hôtels.
Le deuxième axe concerne l’influence de l’élite voyageuse sur la métamorphose de l’espace parisien et de la sociabilité mondaine et met en évidence :
- la transformation du territoire urbain,
- le rôle des étrangers dans la construction immobilière,
- l’évolution des mœurs, notamment grâce à la multiplication des rencontres entre les étrangers sédentarisés et la haute société parisienne.
Le dernier axe de recherche vise à comprendre les conséquences du tourisme sur le développement économique de la ville en analysant :
- l’évolution des commerces et des lieux de distraction fréquentés par l’élite voyageuse,
- la façon dont l’arrivée des touristes induit l’apparition d’une nouvelle industrie,
- la mise en place d’une politique touristique.
Cette histoire transversale, qui refuse un cloisonnement disciplinaire traditionnel, croise l’histoire de l’architecture, qui se préoccupe du cadre bâti, une certaine histoire de la ville, qui s’intéresse à des phénomènes considérés comme contingents, mais qui s’avèrent être des moteurs de la transformation urbaine, et l’histoire de la culture sensible et des pratiques sociales. Pour écrire cette histoire il a fallu explorer des terrains encore peu fréquentés par les historiens de tous horizons et examiner une documentation abondante et variée, encore peu exploitée, qui a été interrogée et interprétée avec le double regard de l’architecte et de l’historien.

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2005. Tous droits réservés.