Rails et Histoire

Nouvelle source. Dictionnaire du patrimoine ferroviaire

Nouvelle source. Dictionnaire du patrimoine ferroviaire

Anne Daubechies et Gilbert Perrin (dir.), Dictionnaire du patrimoine ferroviaire, Namur, Institut du patrimoine wallon, coll. « Dossiers de l’IPW », 12, 2013, 114 pages.

Un Dictionnaire est souvent un volume imposant tant par le nombre de pages que par le poids. Avec cette mince brochure, l’Institut du patrimoine wallon renouvelle le genre avec humour mais surtout efficacité : « le dictionnaire que vous avez dans les mains est le reflet d’un savoir-faire et penser. Nommer avec précision les objets permet de se comprendre et d’agir avec sûreté. » La première partie de l’ouvrage est bien un dictionnaire qui accompagne avec précision le travail de terrain par une nomenclature illustrée des éléments du patrimoine ferroviaire. Les termes employés invitent à cette analyse visuelle : « traces sur le terrain », « botanique ferroviaire » (les objets qui ont « poussé » autour des voies comme les bornes), « vestiges de la voie » ; une liste des musées termine cette section. La seconde est un guide de recommandations pour la « préservation, restauration, mise en valeur ». De façon très précise, toujours illustrée par des exemples, le lecteur-acteur de la préservation est invité à connaître les principes du « traitement des structures en béton dégradé » ou de la « remise en peinture », pour employer un terme français, des éléments métalliques tels les signaux subsistant sur des voies désaffectées. Le livre est en effet issu de deux mouvements convergents : le travail d’inventaire et de préservation mené par l’IPW et le précoce mouvement belge « RAVeL » (réseau autonome de voies lentes) qui participe du mouvement européen des « voies vertes ». C’est donc une synthèse aboutie que ce dictionnaire qui est à la fois un manuel, un guide et un manifeste ; il nous semble parfaitement remplir ces fonctions et atteindre ses objectifs, qui sont d’être utile aux « gestionnaires » des voies vertes et du réseau hérité, les « associations spécialisées en histoire locale et en patrimoine », « le grand public qui parcourt ces lignes », enfin les « passionnés du rail », « public exigeant et critique » Ce faisant, il les rassemble dans un dialogue essentiel à la préservation, à la connaissance et à la mise en valeur du patrimoine ferroviaire où qu’il se trouve.

  • Imprimer
  • Partager sur Facebook
  • Google +
  • Partager sur Twitter