Rails et Histoire

Météor. Les métamorphoses du métro - Isaac Joseph

Paris, Economica, 2004, 91 p., 12 €.

Compte rendu par Joanne Vajda, mai 2004

Isaac Joseph, disparu récemment, était un sociologue connu pour avoir introduit en France les travaux de l’Ecole de Chicago. L’intérêt de la RATP pour la recherche en sciences sociales a conduit à l’associer depuis une vingtaine d’années aux réflexions sur la modernisation de l’entreprise, sur l’aménagement des espaces publics et sur la notion de relation de service, ainsi que le souligne Edith Heurgon dans une interview accordée à François Dumont (voir Rail et transports, n° 326, 7 avril 2004, p. 39).
Météor. Les métamorphoses du métro est une commande de la Mission Prospective de la RATP et se veut un pendant au livre de Bruno Latour, Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992, qui relate l’histoire d’un projet qui n’a pas vu le jour faute d’amour. A l’opposé, Météor, projet concurrent d’Eole, né dans un contexte politique favorable au développement des transports publics, a bénéficié de beaucoup d’attention. Edith Heurgon annonce une autre publication à son sujet, de Pierre Segal, sociologue du travail. Le livre d’Isaac Joseph traite plutôt de la sociologie des interactions et met en évidence les métamorphoses qui ont eu lieu à l’occasion de la naissance de la ligne 14 du métro parisien, en revenant sur les coulisses de cette expérience. Il enquête sur la façon dont se sont transformées l’organisation du travail et l’expérience des agents dans ce nouvel environnement architectural et technologique et analyse les débats internes que cet exploit a suscités. A travers trois personnages types, Isaac Joseph résume trois positions de ce débat qui est à la fois technique, social, scientifique et politique.
Ce qui l’intéresse en premier lieu c’est le processus d’individuation simultanée de la prestation et de l’usager, dès la phase de conception du projet, qui mène au renforcement des dispositifs de concertation et à des discussions controversées inhérentes à une telle mutation. Il examine ensuite la manière dont le projet aboutit grâce aux compromis, aux négociations et aux accords conclus entre les différents intervenants, modifiant l’expérience du travail et redéfinissant les identités professionnelles.
Dans une troisième partie, l’auteur analyse les usages de l’espace du voyageur, les moyens de communication et les dispositifs qui l’assistent dans son déplacement et les répercussions des nouvelles technologies sur les métiers de la ligne Météor.
Intérêt pour l’historien des chemins de fer  : Au-delà du fait que la connaissance approfondie de l’histoire de la création de cette ligne de métro est nécessaire pour décrypter et interpréter l’ouvrage d’Isaac Joseph, il est intéressant de voir comment l’analyse sociologique peut faire évoluer une entreprise attentive à d’autres arguments que ceux purement techniques, politiques ou économiques. Pour l’historien, qui devra aussi désormais tenir compte de cet aspect, une comparaison avec les conditions de naissance d’Eole pourrait révéler les similitudes et les différences entre ces deux projets.

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2004. Tous droits réservés.