Rails et Histoire

Les Amis du Vieux Guérigny, Centre d’études de la métallurgie nivernaise

Actes du colloque « Les chemins de fer en Nivernais », 3-4 octobre 2003. Sixièmes rencontres d’histoire de la métallurgie, Guérigny, Les Amis du Vieux Guérigny, 2004, 253 p.

Compte rendu par Joanne Vajda, novembre 2004

Les sixièmes rencontres d’histoire de la métallurgie organisées par les Amis du Vieux Guérigny et le Centre d’études de la métallurgie nivernaise ont été consacrées au chemin de fer dans le Nivernais. La publication des actes du colloque a été possible grâce au concours du contrat de plan État-Région Bourgogne, du département de la Nièvre et de la ville de Guérigny. Divers aspects liés à la création des chemins de fer ont été abordés au cours de cette rencontre, dans une perspective d’écriture d’une histoire régionale, qui ont montré que celle-ci ne peut être étudiée sans la prise en compte d’enjeux plus vastes, dictés par les événements politiques et les intérêts économique nationaux.
L’histoire ferroviaire proprement dite fait l’objet de plusieurs communications qui établissent l’importance de la localisation géographique de la région, en même temps qu’elles laissent percevoir les résistances locales à l’arrivée du chemin de fer. On y évoque les projets et la création de certaines lignes, ainsi que l’apport de l’armée américaine qui contribue à la construction d’une ligne ferroviaire pour les besoins de la Première Guerre mondiale. L’histoire ferroviaire analysée dans ses aspects militaires et du point de vue de l’utilisation stratégique des transports fait apparaître l’organisation des relations entre les chemins de fer et le gouvernement français.
L’histoire des techniques est abordée dans plusieurs interventions, qui visent à souligner le rôle du chemin de fer dans le développement industriel de la région et l’évolution du matériel ferroviaire. Ce type d’approche est l’occasion d’évoquer l’apport des Nivernais dans ce domaine, à travers l’exemple de l’ingénieur Joseph Colas, qui s’est préoccupé de la sécurité des chemins de fer.
L’histoire sociale traite de l’univers cheminot dans la Nièvre. On y évoque les mutations qui bouleversent l’esprit cheminot, ainsi que l’œuvre sociale de la Compagnie générale de construction et d’entretien du matériel.
_ À travers l’analyse du quartier de la gare de Nevers, qui comprend l’étude de l’évolution du bâti, mais aussi celle des métiers exercés par les habitants, l’histoire urbaine croise l’histoire sociale, tandis que l’inventaire des gares de la Nièvre constitue une première approche de l’architecture de ces bâtiments.
La publication des actes de ce colloque est l’occasion de signaler la publication annuelle éditée par les Amis du Vieux Guérigny et le Centre d’études de la métallurgie nivernaise, sous la direction du Conseil scientifique du Vieux Guérigny, Le Marteau pilon, dont le tome XVI est paru en juillet 2004. Ce numéro présente les activités du Centre d’études de la métallurgie nivernaise, une bibliographie sur le sujet, des études, des indications méthodologiques pour aborder l’histoire sociale de la métallurgie.
Intérêt pour l’historien des chemins de fer : Les actes du colloque sur le chemin de fer dans le Nivernais montrent, une fois de plus, l’intérêt d’aborder l’histoire locale dans une perspective ouverte, en croisant les différents regards que l’on peut porter sur le chemin de fer et en analysant son influence sur les multiples domaines qu’il touche

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2004. Tous droits réservés.