Rails et Histoire

Le Crédit Lyonnais, 1863-1896. Études historiques. - Bernard Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis, André Strauss (dir.)

Genève, Droz, 2003, 1020 p.

Compte rendu par Joanne Vajda, juin 2003

C’est un ouvrage collectif qui rassemble quelques 40 contributions issues des études récentes sur l’histoire du Crédit Lyonnais, permettant ainsi de faire un bilan de la recherche entreprise sur la banque depuis la publication, en 1961, de la thèse de Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, les années de formation d’une banque de dépôt (2 volumes). L’institution d’un service d’archives historiques à partir de 1991 a permis de véritables découvertes. Loin d’être une simple histoire bancaire, malgré l’importance qu’une telle histoire peut présenter, cet ouvrage montre la variété des intérêts des historiens qui ont fréquenté ces archives et la diversité d’approches qui en résulte. Ce qui rend la lecture agréable c’est l’enthousiasme des chercheurs que l’on ressent à la lecture de ces pages. Le résultat est une sorte de recueil qui met en perspective l’établissement bancaire, grâce à leurs multiples points de vue. L’alliance de l’histoire et des témoignages oraux ne fait qu’enrichir la problématique, traitée en cinq parties :
- L’entreprise, ses hommes, ses métiers
- La banque et le financement de l’économie
- La banque internationale
- Le Crédit Lyonnais dans son environnement
- Le Crédit Lyonnais à l’épreuve de l’histoire.
C’est évidemment la seconde partie, réunissant six contributions, qui intéresse plus particulièrement l’historien des chemins de fer. Michel Lescure propose un aperçu de la relation entre le Crédit Lyonnais et l’immobilier à travers la Société foncière lyonnaise entre 1879 et 1913, Jean-Louis Loubet étudie le rapport de la banque avec l’industrie automobile entre 1905 et 1971, tandis qu’Emmanuel Chadeau (…) évoque le fort encouragement de l’industrie aéronautique par le Crédit Lyonnais entre les deux guerres. André Strauss explique l’importance du recours au marché financier pour le secteur électrique à la même époque et Denis Varaschin offre une approche micro-économique des rapports existant entre banque et industrie à travers l’étude de la Société lyonnaise des forces motrices du Rhône. François Caron aborde l’histoire des grandes compagnies de chemin de fer par le biais des études de la direction des Études financières du Crédit Lyonnais. Les analyses économiques et financières de la situation des réseaux, les notes qui évaluent les titres des compagnies, les rapports sur les conséquences de la guerre (entre 1920 et 1930) et, surtout, les rapports des conseils d’administration aux assemblées générales d’actionnaires sont des sources très riches desquelles François Caron semble s’être délecté.
Une bibliographie raisonnée recense essentiellement les ouvrages relatifs à l’histoire du Crédit Lyonnais.
Intérêt pour l’historien des chemins de fer  : Encore un exemple intéressant d’histoires croisées, utilisant des sources nouvelles, qui montre que le chemin de traverse est une voie intéressante pour le renouvellement historiographique.

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2003. Tous droits réservés.