Rails et Histoire

Guide du chercheur. Histoire des monopoles du tabac et des allumettes en France. XIXe – XXe siècles - Muriel Eveno, Paul Smith, sous la direction scientifique de Nathalie Carré de Malberg

Paris, Ed. Jacques Marseille – Altadis, 2003, 480 p. [ouvrage hors commerce, à demander au Comité historique d'Altadis : "Seita, Terres d'histoire", c/o Altadis, 182-188 av. de France, 75639 Paris cédex 13]

Compte rendu par Joanne Vajda, février 2004

Publié par le Comité d’histoire d’Altadis, "Seita, Terres d’histoire", ce guide montre l’ampleur et la richesse des archives dans ce domaine, jusque là méconnues des chercheurs. Il ne s’agit pas d’un inventaire exhaustif des fonds, le document ne se substituant nullement aux inventaires et catalogues existants. Il couvre la période 1810-1995, depuis la création du Monopole jusqu’à sa privatisation et s’adresse à un public large. Une édition électronique est jointe au livre. Dans la première partie les auteurs retracent l’histoire législative et administrative des monopoles des tabacs et des allumettes. Dans la seconde partie les archives de l’entreprise, mais aussi celles des tutelles et partenaires associés sont présentées par lieu de dépôt. En premier lieu vient le fonds Altadis, conservé dans le centre créé en 2000 aux Aubrais, puis les Archives nationales, celles du ministère des Finances et, ensuite, les autres dépôts publics ou privés de la région parisienne. Les archives départementales sont classées par numéro de code postal. Sont également recensés les fonds documentaires et des bibliothèques. La dernière partie contient une bibliographie ordonnée, qui regroupe les publications, mais aussi les recherches universitaires non publiées, ce qui est l’occasion de constater que la plupart des fonds sont encore inexploités et méritent l’attention des chercheurs.
Intérêt pour l’historien des chemins de fer  : Outre le fait que le guide se lit comme un roman, tellement les descriptions des fonds sont intéressantes, il ouvre des voies pour de nombreux autres domaines de l’histoire : histoire sociale, histoire économique, histoire de la santé, histoire de la publicité, histoire des techniques, histoire de l’architecture, histoire locale et histoire du commerce international et nous en oublions certainement. L’historien des chemins de fer y trouvera son compte, malgré l’absence de fonds spécifiques répertoriés, puisque la Seita entretient des rapports avec les compagnies de transport pour le trafic de ses produits. Nous avons, par exemple, relevé dans le fonds qui se trouve aux Aubrais, sous la cote 60 J 200, l’accord intervenu entre la Seita et la SNCF pour la création et la modification d’embranchements pour la période 1966-1976, contenant des plans, des notes et des contrats, ce qui permet de suggérer une étude de l’influence de la production et de la consommation de tabac et d’allumettes sur le développement du réseau ferroviaire, d’autant plus qu’au moment ou le réseau ferré prend de l’ampleur (entre 1865 et 1873) la Direction générale des Manufactures de l’État réunit la fabrication des tabacs et celle des poudres de chasse, de mine et de commerce, ainsi que le raffinage des salpêtres. En somme, encore un guide utile non seulement pour repérer des terrains vierges à explorer, mais aussi pour y glaner des sujets jamais traités. A sa lecture, on se rassure, il reste encore de quoi faire de l’histoire pour plusieurs générations de chercheurs.

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2004. Tous droits réservés.