Rails et Histoire

Colloque Gares en guerre / Stations in Wartime

Colloque Gares en guerre / Stations in Wartime

Présentation / General outline

Plus de 120 personnes ont assisté au colloque ! / More than 120 have attended the conference !

Présentation

English below

Le projet scientifique du colloque, en prenant comme point focal le nœud de réseaux et le lieu de croisement des flux que sont les gares, doit contribuer à l’histoire de la Première Guerre mondiale comme guerre totale : quels flux, ininterrompus et croissants, d’hommes, de marchandises, d’équipements, de courrier, quelles mobilités ont de fait animé cette guerre perçue comme statique à partir de la fin de l’année 1914 ? Comment les gares ont-elles articulé les différentes échelles de la logistique – marchandises, personnes ; civils, militaires – entre le front et l’Arrière ?

En réunissant autour du thème de la gare des historiens des systèmes techniques et de l’économie, de l’architecture, de la guerre, des cultures de la mobilité, des comportements, de la littérature et de l’art, issus de tous les pays belligérants ou les prenant comme sujets d’étude, le colloque doit mettre en évidence l’importance du transport non seulement dans l’économie de la guerre mais aussi dans sa perception et sa mémoire, interroger la constitution de la représentation des gares comme lieu-repère de la guerre et du soldat et, au-delà, la contribution du déplacement sous l’uniforme à la constitution d’une culture de guerre.

Du point de vue du patrimoine et de la perception des lieux, le colloque doit faire ressortir le rôle historique, la continuité patrimoniale des grandes gares urbaines et sensibiliser le public d’aujourd’hui, ainsi que les responsables du patrimoine et de l’aménagement urbain, à l’existence mais également à la disparition du patrimoine technique et paysager des gares, qu’elles soient urbaines, rurales, de fret.

Dans une perspective de formation à la recherche, le colloque accueillera largement les jeunes chercheurs, qui sont tant invités à présenter leurs travaux devant des chercheurs confirmés qu’à dialoguer avec un public varié, représentatif de la demande sociale à laquelle ils devront répondre dans leur parcours ultérieur, en particulier dans un contexte commémoratif.

En accord avec les missions de l’AHICF, dont les actions ont une double fin, scientifique (recherche et diffusion de la recherche) et culturelle (diffusion de la culture historique et de la connaissance en général), le colloque est destiné en premier lieu à la communauté scientifique (histoire, sciences sociales) et aux professionnels du patrimoine ; il est également ouvert au public intéressé (en particulier aux professionnels des chemins de fer, des espaces de transport et aux sociétés savantes), ainsi qu’à toute personne qui souhaiterait y assister.

L’inscription aux colloques de l’AHICF est gratuite.

General outline

By focussing on stations as network hubs and major points of interchange, the colloquium should provide useful input for historical research into the First World War, as an example of total war, raising questions with regard to the endless and growing flows of men, goods, materials and mail, the forms of mobility occurring in practice in a war considered to have reached stalemate and immobility by the end of 1914.

By bringing together historians specialising in technical systems and wartime economies, in architecture, warfare, cultures of mobility, behaviour patterns, literature and art, from or conducting research into the different warmongering nations, the colloquium should highlight the importance of transport, not only in a wartime economy but also as a factor colouring the perception and remembrance of war, addressing how stations came to have landmark status for war and soldiers and, by extension, examining how troops travelling in uniform played a part in fostering a culture of war.

In heritage terms and in the way these places are perceived, the colloquium should provide insights into the historical role and enduring legacy of major urban stations, and remind today’s citizens and those in charge of historical monuments and urban development of the need to be conscious, not only of the existence of the technical and landscape heritage represented by urban and rural stations or freight yards but also of the disappearing nature of this heritage.

The colloquium will also be a chance especially for the younger generation of researchers to report on their research in the presence of older, more experienced colleagues and converse with people from a variety of backgrounds representative of the societal demands they are likely to face, particularly in commemorative contexts, in their future careers.

As a reflection of AHICF’s dual scientific and cultural focus (research and its dissemination, furthering cultural and historical knowledge), the colloquium primarily targets the scientific community (history, social sciences) and heritage professionals ; it is also open to other interested publics (rail sector and other transport professionals, members of learned societies), and anybody else wishing to attend.

Registration at AHICF colloquia is free of charge.