Rails et Histoire

André LOEZ, "Mots et cultures de l’indiscipline : les graffiti des mutins de 1917", Genèses

N°59 (juin 2005), p. 25-46

Compte rendu par Joanne Vajda, janvier 2006

André Loez analyse, à partir des rapports dressés entre juin et juillet 1917 par les inspecteurs de la Compagnie du chemin de fer du Nord, les graffiti tracés par les soldats permissionnaires sur les trains arrivés à Paris-gare du Nord et à Crépy-en-Valois. Si les trains apparaissent dès le début de la guerre comme un support d’expression légitime pour les inscriptions belliqueuses qui rendent compte d’un discours dominant, l’auteur remarque l’usage subversif que les permissionnaires commencent à faire des graffiti à partir de l’été 1917. Bien que les gares et les trains soient des lieux où se manifeste ouvertement, par des dégradations en tous genres, l’indiscipline des soldats, les graffiti ferroviaires de 1917 apparaissent plutôt comme une forme d’expression d’un mouvement social qui s’oppose à la guerre.
Intérêt pour l’historien des chemins de fer : André Loez relie ainsi l’histoire des mutineries de 1917 à l’histoire ferroviaire. Cette étude devrait inciter les chercheurs à se pencher sur ce type de sources encore inexploitées pour faire apparaître de nouveaux questionnements qui viendraient enrichir les connaissances que l’on a déjà de l’histoire des chemins de fer.

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2006. Tous droits réservés.