Rails et Histoire

Alfred Armand (1805-1888). Un architecte collectionneur - Tiphaine Zirmi

Thèse de l’École Nationale des Chartes, 2003.

Compte rendu par Joanne Vajda, septembre 2003

Malgré un titre un peu réducteur, c’est bien d’une biographie d’Alfred Armand qu’il s’agit. La vie et le parcours de cet architecte peu connu, dont le nom est pourtant familier aux historiens des chemins de fer, sont liés non seulement aux frères Pereire, aux compagnies de chemin de fer et à la Compagnie Immobilière, mais aussi à l’histoire de l’art. Après avoir réalisé plusieurs gares pour la Compagnie de chemin de fer de Saint-Germain, il est engagé par l’État comme architecte de la ligne de Paris à Valenciennes. Il œuvre aussi pour la Compagnie du chemin de fer du Nord. L’expérience d’Armand est l’occasion pour Tiphaine Zirmi de rappeler le rôle de l’architecte dans le domaine ferroviaire.
Armand participe ensuite à la surveillance du chantier du Nouveau Louvre, avant de devenir l’architecte personnel des Pereire, puis de participer à la construction du premier grand hôtel de voyageurs, l’hôtel du Louvre. Il contribue à la construction d’autres opérations de la Compagnie Immobilière et se voit confier la construction d’un second hôtel, le Grand Hôtel.
Sa passion pour l’art le pousse à rassembler une collection de dessins, une collection de médailles de la Renaissance italienne et une vaste collection de documents sur l’histoire de l’art. Il participe à la fondation de la Société française de gravure et rédige un ouvrage Les Médailleurs de la Renaissance italienne.
Intérêt pour l’historien des chemins de fer  : la relation d’Armand avec les chemins de fer permet de cerner le rôle de l’architecte dans la conception des gares. Elle est retracée par l’auteur à partir des archives municipales des gares concernées, des archives de la Compagnie du Nord, du fonds du Centre d’archives historiques de la SNCF et des archives ministérielles. La position de thèse est consultable sur le site : www.theses.enc.sorbonne.fr/

Copyright © AHICF, Joanne Vajda, 2003. Tous droits réservés.